• Bienvenue sur le forum de Paragon !
Bienvenue, Visiteur ! Connexion S’enregistrer


Sondage : Quel est votre texte préféré?
Texte 1
36.00%
9 36.00%
Texte 2
4.00%
1 4.00%
Texte 3
4.00%
1 4.00%
Texte 4
56.00%
14 56.00%
Total 25 vote(s) 100%
* Vous avez voté pour cette proposition. [Voir les résultats]

Note de ce sujet :
  • Moyenne : 2.5 (2 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
[JANVIER] Raconte-nous une histoire : Les votes
#11
Bonjour,

Il ne vous reste que 4 jours avant clôture du sondage. A vos votes !
Cordialement.
Responsable Assistance TLK - Administration Forum
[Image: 428559819834111018043535684128.png]


 
#12
Texte préféré: N°4
Commentaire : J'ai souris et apprécié la citation du Chronicles.
 
#13
Texte préféré: N°4
Commentaire : J'aime beaucoup le style d'écriture.
 
#14
Texte préféré: N°4
Commentaire : Oui, pour moi aussi ce sera le n°4 : une chute (lawl) intéressante et un style agréable à lire. De plus le sujet est assez développé : bravo à son auteur.
J'ai aussi hésité avec le texte n°1 qui est très prenant, on croirait y être. Mais j'ai finalement trouvé le sujet un poil trop banal.


Bravo à tous. ;)
[Image: nyy2e74g.png]
On ne nait pas escroc, on le devient.
 
#15
Le texte n°4 ma beaucoup plu.

Ça change de l'ordinaire je trouve.

 
#16
Bonsoir à tous,

Les votes sont désormais clos et c'est donc le texte n°4 qui remporte cette première session avec 56% des votes :)

Félicitations à Duncan qui verra son texte publié en tant que Récit du mois dans la Gazette !

Citation :Meurtre en suspens

Isidor Jones se dirigea lentement vers son fauteuil.
Le jeune nain, déjà assis, observa chacun de ses déplacements et combien ils semblaient lui couter cher. Il attendait patiemment que son interlocuteur s’assoit avant de commencer l'interview mais c'est M. Jones qui posa la première question:
«- De quel journal m'avais vous dit que vous étiez journaliste?
- Paragon Chronicles, Monsieur. C'est un jeune journal mais qui ne cesse de grimper.
- Paragon Chronicles... moui... Je crois que j'en ai vaguement entendu parlé.»
Isidor Jones habitait une des hautes tours de Dalaran. Non qu'il soit un notable, un mage influent et encore moins riche, mais sa profession de joailler lui conférait dans la capitale certains privilèges dont cet appartement de fonction. Et dans son état, personne n'avait osé le lui retirer suite à l'incident.
Il n'était pas le propriétaire de la joaillerie mais le vénérable Van Klef était très vieux et ne venait plus que deux à trois jours par semaine, principalement pour des expertises. C'est donc lui, Isidor Jones, qui était au magasin ce jour là, comme la plupart du temps, quand Magregan avait eu la mauvaise idée de venir cambrioler la joaillerie.

Le journaliste commença à lui poser des questions sur la façon dont Magregan avait tenté de braquer la bijouterie.
Isidor Jones pensa alors qu'il y avait plusieurs semaines que personne n'était venu lui reparler du braquage. Bien sûr, les premiers jours il avait reçu quantité de journalistes et autres curieux, tant son cas était exceptionnel mais une fois le premier procès fini, il semblait être tombé dans l'oubli.
Il ne pouvait plus exercer son métier (ni aucune profession d'ailleurs) mais son état était stationnaire et plus personne ne semblait se préoccuper de lui.
Quand Magregan était poussé la porte du magasin, ce fameux jour, il était assez mal fagoté mais cela n'avait pas troublé le joailler. Il faut dire qu'il en avait vu passer des aventuriers couverts de loques mais les poches pleines d'or. Certains avaient de ces dégaines, je vous jure. C'est quand le nain hésita et finalement demanda à voir des pierres pour une bague de fiançailles qu'Isidor Jones sentit que quelque chose clochait. Mais après tout, il n'était qu'employé et il savait que le vénérable Van Klef avait, par ailleurs, ses meilleures pièces loin d'ici.
En sortant donc quelques pierres il fit tomber le plateau et les pierres se répandirent dans le magasin. Isidor Jones se baissa pour ramasser les précieuses gemmes, mais Magregan avait alors paniqué, pensant que le pauvre employé allait déclencher l'alarme et lui avait tiré dessus avec son énorme Espingole « série S ». Isidor avait cru sa dernière heure arrivée. La balle était allée se loger dans sa poitrine lui causant une terrible douleur. Il perdit aussitôt connaissance. Magregan, quant à lui, n'avait pas fuit bien longtemps et fut bien évidemment appréhendé un peu plus loin dans la rue comme 99% des braqueurs qui ont la mauvaise idée de venir dans le quartier des joaillers. Cette rue ne comportant que deux accès, il est toujours rapidement contrôlé par les gardes-mages de Dalaran.

Isidor Jones s'était réveillé 3 jours plus tard, à l’hôpital. Des experts de toute part était venu pour tenter de trouver une solution (ou simplement pour se faire de la publicité à Dalaran) mais aucun n'avait trouvé de véritable solution à son problème.
La balle était allée se loger dans une partie extrêmement sensible tout près de son cœur et toute chirurgie, téléportation de l'objet par un Mage, ou reconstitution cellulaire d'un Druide se serait révélée funeste.
Pourtant, nul doute que la balle progressait... et qu'elle finirait par bouger... et qu'elle le tuerait.
Son temps était compté et Isidor Jones le savait.
Les soigneurs lui avait dit que tant qu'il resterait calme et qu'il ne bougeait pas trop, il n'avait rien à craindre. Mais il n'était pas dupe. Après plusieurs année passée dans la vente d'objets précieux, il savait que ces paroles n'avaient pour seul but que celui de le rassurer.

Magregan fut donc inculpé pour le braquage raté et purgeait actuellement une peine de 10 ans à la prison d'Hurlevent. Une peccadille pour un nain! Mais, malheureusement, en l’absence de corps, le juge n'avait pu prononcer aucune inculpation pour meurtre.
Pourtant Isidor Jones était condamné, il le savait.
Combien de temps lui restait il à vivre? Un jour? Un mois? Un an? Nul ne savait.
Cela faisait déjà trois mois qu'il vivait ainsi en sursis. Aussi, quand le journaliste lui demanda s'il était amer que Magregan s'en tire à si bon compte, malgré toutes les recommandations des experts, il sentit monter en lui une colère sourde.
Pour respirer un peu d'air frais et se calmer, il se leva et alla jusqu'au balcon regarder les toits de Dalaran.
Des images du procès lui revenaient en mémoire. Il ne pouvait s'empêcher de revoir le sourire ironique du nain, caché dans sa barbe, pendant que l'avocat de la défense démontrait implacablement que, puisqu'Isidor Jones était vivant, son client ne pouvait être accusé de meurtre.

Sur le balcon qui dominait Dalaran, il maugréa:
«- Vous savez, la seule satisfaction qu'il me reste est de savoir avec certitude que quand cette balle me tuera, son deuxième procès commencera alors, et que cette même balle que j'ai dans la poitrine servira à le faire enfin exécuter pour meurtre.»
La main amicale que le journaliste posa sur son dos ne suffit pas à le réconforter.
Bien au contraire à vrai dire.
En effet, quand la poussée se fit plus radicale dans son dos et qu'il perdit l'équilibre, il tourna vers le nain un regard incrédule. Alors qu'il se sentait irrémédiablement happé par le vide, dans sa chute, il entendit le nain lui lancer:
«- Je ne suis pas journaliste, je suis le frère de Magregan.»


Bravo également aux autres participants qui ont fourni un travail de qualité.

J'en profite pour rappeler à tous que ce concours est ouvert en continu et que vous pouvez continuer d'envoyer vos textes, à tout moment.La prochaine session de vote aura lieu début février.

A vos plumes et racontez-nous une histoire !
Cordialement.
Responsable Assistance TLK - Administration Forum
[Image: 428559819834111018043535684128.png]


 
#17
Félicitations Duncan et bravo aux autres aussi :)
 
#18
Bravo Duncan :D
Moins tu dors plus t'es fort.
 
#19
Bravo, à tous!
[Image: GifLK.gifa48d258.gif]
 
#20
Merci pour tous vos commentaires. :)
 
  


Atteindre :


Browsing: 1 visiteur(s)