Forums de Paragon Servers
[DECEMBRE] Raconte-nous une histoire : Les votes - Version imprimable

+- Forums de Paragon Servers (https://forum.paragon-servers.com)
+-- Forum : ANNONCES & INFORMATIONS (https://forum.paragon-servers.com/forumdisplay.php?fid=4)
+--- Forum : L'Auberge du griffon fringant (https://forum.paragon-servers.com/forumdisplay.php?fid=105)
+---- Forum : Events Forum (https://forum.paragon-servers.com/forumdisplay.php?fid=103)
+---- Sujet : [DECEMBRE] Raconte-nous une histoire : Les votes (/showthread.php?tid=4575)

Pages : 1 2 3 4


[DECEMBRE] Raconte-nous une histoire : Les votes - Elvi - Responsable - 12-01-2011

[Image: sans_t24.jpg]


Bonjour à tous,

L'heure est à présent aux votes pour désigner le gagnant de cette animation dédiée à la gazette. Je vous rappelle que le texte sélectionné apparaîtra en tant que récit du mois sur Paragon Chronicles.
Avant de vous atteler à la dure tâche qui sera votre, quelques petites recommandations et explications de rigueur.


[Image: ico_plume.gif]Comment voter ?

Les votes vont se faire différemment des fois précédentes, En effet, pour cette animation, il ne vous sera pas demandé d'attribuer une note mais de choisir votre texte préféré en argumentant votre choix via un petit commentaire.

Code :
[b][color=#FF6347]Texte préféré[/color][/b]: N°x
[color=#FF6347][i]Commentaire [/i][/color]: blabla


Bien entendu quand je dis commentaire, j'entends un minimum d'argumentation de votre choix. "J'aime bien" ou "J'aime pas" ne sont pas des commentaires argumentés et constructifs.

Voici quelques points sur lesquels vous pourrez entre autre argumenter votre choix :
  • l'histoire / le contenu
  • l'expression / la narration


[Image: ico_plume.gif]Quelques règles tout de même

  • Tout le monde peut voter excepté les participants.
  • L’anonymat reste préservé jusqu’au bout, aussi si quelqu’un reconnaît la patte de l’un des participants, il se tait ;)
  • La courtoisie est exigée, on reste sympa, chacun fait de son mieux.

Allez assez de blablas, à vous de jouer ! Bonne lecture !


[Image: separateur.png]

Texte n°1

Citation :Dans un désert de neige, il marche d’un pas lourd. Vêtu d’une légère cote de maille et d’habits en halions, il avance péniblement sous les bourrasques glacées de la désolation des dragons. Autrefois, c’était un puissant chaman, mais depuis que son âme sœur a rejoins les terres de leurs ancêtres, ce maitre des éléments n’est plus qu’un corps sans âme qui s’exil et se meurt. Sous ses jambes fatiguées soudain se brise la glace, toit éphémère d’une grotte, et sans énergie aucune il se laisse tomber, heurtant dans un bruit sourd le sol de pierre gelé. Evanoui, il se mit à rêver. Rêver de sa femme qui l’a si subitement quitté. Elle apparu devant lui le visage paisible et confiant, il la regardait avec tellement d’intensité… « Mey… Mey mon amour … pourquoi m’as-tu quitté … je ne vis plus sans toi … tu me manques tant, ma bien aimée … » Elle baissa la tête et esquissa un sourire « Ne meurs pas mon amour … bientôt … oui bientôt tu reverras le jour » Elle redressa la tête et disparu heureuse et rayonnante. Il ne voulait plus vivre, il avait trop souffert, mais se laisser mourir et rejoindre celle pour qui son cœur battait. Il en fut autrement… Il sentait grandir en lui une chaleur paisible et réconfortante qui lui disait de se lever et de vivre. Quand il ouvrit les yeux, ce n’est pas la vie qui se dressait devant lui mais le plus grand des Jormungars qu’il n’eu jamais croisé. Ils se faisaient face fixement. L’un bavait devant son repas, l’autre devrait se battre pour vivre. Le temps sembla s’arrêter ; mais tout à coup le Jormungar fonça la gueule grande ouverte vers le troll dont les yeux devinrent blancs et dont l’air tout autour crépitait de mille éclairs. D’horribles hurlements résonnèrent jusqu’à l’entrée de la caverne, figeant d’une peur sans nom tout ceux qui entendraient.

Texte n°2

Citation :Un froid cinglant frappait l'immense montagne, laissant les maigres nuages entourant son immensité la couvrir tel un châle. Des serpents de neige virevoltaient dans les airs, se dandinant dans une danse aussi macabre qu'envoutante. Et pourtant, dans cet univers immaculé qui pouvait paraître enchanteur se cachait le Vice. Et Ils apprendront à leur dépens que la neige n'était là que pour cacher la Laideur.
Ils avançaient, inexorablement. Un pas, toujours plus loin. Ils se battaient contre les éléments, inscrivant l'empreinte de leurs efforts dans cette couche fine cédant sous leurs pieds. Mais ni le vent ni le froid ne semblaient pouvoir entailler leur détermination. Emmitouflés dans d'épais manteaux de peau et de laine finement tissés, ils bataillaient ensemble côte à côte pour parvenir à l'Arche. Cette Arche qui, du haut de son arrogance, entamait l'architecture de leur tombeau dans le cœur même de la montagne. Mais sous les hurlements stridents des bourrasques, peut-être auraient-ils pu entendre le silence de leur requiem.
Ils arrivèrent alors finalement dans une grand cour où d'imposants piliers l'encadraient de part et d'autre. Le vent semblait s'être mourut sur les remparts, accordant un répit à ces aventuriers émérites. Au fur et à mesure de leur progression, ils se dévêtir de la neige qui embrassait leurs habits, laissant la couleur de leurs haillons demeurer les seuls points de couleur dans cet univers monochrome. Quelques coups d'œil autour d'eux, et la chair de poule se mit à serpenter le long de leurs échines. L'architecture était impressionnante, drapée comme les plus grands empereurs par des dessins finement taillés le long de ses murs, et dressé tels les colosses de l'Ancien Temps. Mais dans cette immensité, seuls quelques alizés osait s'y faufiler, slalomant entre les colonnes pour ne laisser après leur passage qu'un sifflement strident.

Le froid et la peur se mêlèrent alors en une alchimie malsaine qui s'empara peu à peu de petit groupe, se répandant d'un membre à l'autre comme la peste. L'un pressa alors le pas jusqu'aux immenses portes cloitrant la cour centrale qu'ils traversaient depuis quelques minutes, désireux de mettre une fin à cette crainte qui semblait se muser d'eux dans une vile mascarade. L'homme gravit les marches deux par deux, laissant sa capuche tomber sur ses épaules dans sa course folle pour libérer une tignasse aussi brute et sombre que le charbon. Sans l'ombre d'une délicatesse, il apposa ses mains sur chacun des pans de la porte pour l'ouvrir, avant de se réfréner. Dans l'armature colossale en fer de cette dernière était inscrite quelques lignes, qui résonnait tel un glas à chaque fois que son œil passait au mot suivant.
« Entre le Ciel et la Terre, Il attend ;
Trônant sur l'Astre Solaire, accoudé aux Étoiles,
L'Ère des Hommes dépendra de son Jugement.
Mais alors que le doute s'immisce et le ciel se voile,
La balance tangue du côté du Firmament,
Pour laisser apparaître aux pieds du Piédestal,
La lueur de Nos derniers instants. »

Il sentit la salive glisser le long se gorge alors que les frissons parcouraient sa peau glacée. Un bref bruit en arrière le sortit de sa torpeur passagère pour laisser l'ombre de ses camarades apparaître à ses côtés. A son visage inquiet, ceux-ci haussèrent le sourcil ; mais ils n'eurent qu'en réponse un sourire qui semblait être une simple déchirure dans un masque d'angoisse.
L'homme poussa alors les portes d'Ulduar, laissant la chaleur suffocante de l'intérieur embraser la froideur de la montagne dans une danse aliénante. Et ils disparurent, dans la lueur éblouissante de l'encadrement pour ne laisser derrière eux que des empreintes de pas comme uniques vestiges. Et Il les observait, du haut de sa Tour, se lancer dans la gueule du loup comme des pauvres brebis égarées.

Le procès pouvait enfin commencer.

Texte n°3

Citation :Bonjour !
Alors comme ça on fais un concours d'écriture ?....
C'est pas trop mon truc, vous savez moi j'suis un nain, chez nous on préfère chanter nos exploits !
Ceci est un grand classique,
 
La geste de Dagran et ses impotents !

Au marché de la grande forgefer
A propos de quelques rognons,
Quelques douzaines de mégères
Se crêpaient un jour le chignon.
A pied, a dos de boucs, en griffons,
Les Sombrefers mal inspirés
Vinrent pour tenter l'aventure
D'annihiler la citée.

Or, quand sonnèrent les cors à Magni,
C'est un usage bien établi,
Dès qu'il s'agit de rosser les ennemis
Tous les nains se réconcilient.
Ces furies perdant toute mesure
Se ruèrent sur les brigands,
Et donnèrent je vous l'assure
Un spectacle très plaisant.

En voyant ces vauriens par terre
à deux doigts de succomber,
Moi, je sirotais  gaiement une bière
Car j'aime les voir... Sous forme de macchabées
De la balustrade du Chaudron-Bouillie
J'encourageais les farouches bras
De ces belles furies
En criant: "Hip, hip, hip, HOURRA!"

Frénétique l'une d'elles décroche
à Dagran une paire de soufflets
Le faisant valser comme une cloche
Tant qu'il fut sur le coup assommé
Puis comme pour l'achever fourre avec rudesse
Le crâne de cet empoté
Entre ses gigantesques fesses
Qu'elles serrent à lui en faire péter l'cervelet!

La plus grasse des femelles
Ouvrant son corsage dilaté
Matraque à grand coups de mamelles
Ceux qui passent à sa portée.
Ils tombent, tombent, tombent, tombent !
Et selon des avis compétents
Il paraîtrait que cette hécatombe
Fut la plus belle de tout les temps !

Jugeant enfin que leurs victimes
Avaient eu leur content de gnons,
Ces douces comme outrage ultime
Avant de retourner à leurs occupations,
Ces farceuses à peine si j'ose
Le dire tellement c'est bas,
Leur auraient même coupé la barbe
Car ils ne la méritaient pas !
Leur auraient même coupé la barbe
Car ils ne la méritaient pas !

Voici la vrais raison de la guerre des trois marteaux !
C'est pas tout mais ça donne soif tout ça !

Texte n°4

Citation :Dina regarda avec désespoir son dernier Zircon. « Je ne peux tout de même pas faire ça... Si je commence à sacrifier mes pierres de joaillerie, tout ceci va me coûter fort cher...» « Tu n'as guère le choix ! » lui répondit sa conscience.
- Bon, si cette fois-ci ça ne marche pas, j'abandonne ! » se promit-elle. Sa conscience ne répondit pas.
Voici trois jours qu'elle restait enfermée dans sa chambre d'auberge de Dalaran. Déterminée à aller au bout de ses recherches, elle n'avait presque pas mangé ni dormi.
Le cœur chaviré, elle leva haut son marteau... Et l’abattit avec fracas sur le Zircon, qui se brisa en mille morceaux. Elle recommença le mouvement, réduisant la précieuse pierre en fine poussière. Elle déposa celle-ci dans un bol, y mélangea de l'eau...
- Non, non et non ! Une fois encore ce n'est pas la bonne teinte ! Nom de nom, mais est-ce que je n'y arriverai jamais ??? » Elle se prit la tête dans ses mains, essayant de trouver une nouvelle façon d'obtenir ce dont elle avait besoin.
A ce moment, quelqu'un frappa à la porte. Résignée, elle se leva et se dirigea pour aller accueillir son visiteur imprévu. La porte s'ouvrit sur une humaine enthousiaste.
- Dina ! Ma draénei préférée ! Tu vas bien ?
- Non, rétorqua sombrement l’interpellée.
- Eh bien, que se passe-t-il ?
- Nous sommes bien à Dalaran, capitale interfaction d'Azeroth ?
- Oui ?
- Eh bien, comment se fait-il qu'avec toutes ces boutiques, on ne trouve pas un seul vendeur de cosmétiques ? Impossible de trouver un fond de teint adapté à mon bleu !!!! »





RE: Raconte-nous une histoire : Les votes - Daeve - 12-01-2011

Texte préféré: N°4
Commentaire : alors j'ai beaucoup aimé le 3 et le 4.
Le coté matérialiste du personnage me plait bien, cela donne une autre vision du Draenai.
je trouve drôle d'évoquer la dépendance du maquillage...


RE: Raconte-nous une histoire : Les votes - Tessy - Responsable - 12-01-2011

Texte préféré: N°3
Commentaire : Très rythmé et vivant, aucune fausse note. J'ai au final vraiment l'envie de trinquer avec ce nain.


RE: Raconte-nous une histoire : Les votes - Hendawin - 12-01-2011

Texte préféré: N°4
Commentaire : Comme l'a dit Daeve un peu plus haut, j'ai vraiment beaucoup aimé ce coté matérialiste. De plus faire de monde wow, un monde comme un autre est vraiment très bien pensé.

Qui a vraiement cru que les femmes se maquillaient vraiment dans WOW ?? :D


RE: Raconte-nous une histoire : Les votes - Zarakail - 12-01-2011

Ils sont vraiment tous très bien <3
Entre tous mon cœur balance ! Je vote blanc pour l'instant..


RE: Raconte-nous une histoire : Les votes - Barguilde - 12-01-2011

Texte préféré: N° 2 3
Commentaire : Pour le 2 je me suis vraiment cru dans un de mes livres Fantastique et pour le 3 je salut le travail :) Il faudrait juste savoir sur quel air le chanter, avec ou sans chopine de bière naine? :)

Sinon bravo à tous pour vos écrit ya du niveau !



RE: Raconte-nous une histoire : Les votes - yakinta - 12-01-2011

Texte préféré: N°3
Commentaire : Beau boulot ! Tous les textes sont bien écrit mais celui là m'a tapé dans l'œil, sûrement grâce à la poésie ^^
J'ai bien aimé le 4 aussi mais un nom est cité et j'aime pas ça ! :p

Bravo à tous :D


RE: Raconte-nous une histoire : Les votes - Elvi - Responsable - 12-01-2011

(12-01-2011, 11:32)yakinta a écrit : Texte préféré: N°3
Commentaire : Beau boulot ! Tous les textes sont bien écrit mais celui là m'a tapé dans l'œil, sûrement grâce à la poésie ^^
J'ai bien aimé le 4 aussi mais un nom est cité et j'aime pas ça ! :p

Bravo à tous :D

Merci pour le vote mais il faudrait également voter dans le sondage ;)



RE: Raconte-nous une histoire : Les votes - Ciawien - 12-02-2011

Texte préféré: N°1
Commentaire : Bien qu'ils soient tous très bien écris, seul le premier texte répond à ce que j'imaginais. Le romantisme tragique est décidément mon style préféré :)

Bravo à tout les participants.


RE: Raconte-nous une histoire : Les votes - max73 - 12-02-2011

Texte préféré: N°2
Commentaire : De tous les textes c'est celui que je trouve le plus travaillé (je dis pas que les autres ne le sont pas hein ^^ écrire toute une chanson (sur quel air au faite ? ^^) avec des rimes n'est pas chose aisé) Je préfère aussi cette histoire, mais ceci n'est vraiment qu'un gout personnel ^^

En tout cas félicitations à tous les participants, ces textes sont vraiment réussi :)